Touraine-Québec / francophonie

De la Loire au Saint-Laurent, la francophonie réunit la Touraine et le Québec

LE CHEMIN DES TROIS RIVIÈRES

Par analogie avec le nom de la capitale de la Mauricie, cette belle région touristique du Québec, ce « chemin », jalonné par une quinzaine de « lieux de mémoire », conduit sur les rives de l’Indre, de la Vienne et de la Loire.

L’itinéraire recommandé à partir de Tours, est de rejoindre Montbazon (D910) où, surplombant l’Indre, se dresse un imposant donjon médiéval, le plus ancien de France. Il fut construit par Foulques III Nerra, dit « le Faucon Noir », vers 990.

De Montbazon, rejoindre Azay-le-Rideau par la Vallée de l’Indre (D17). On passe par Artannes (Jeanne Lanouille, Fille du Roi), puis Pont de Ruan. Vous pourrez vous arrêter dans cette paisible localité afin de découvrir « Les Moulins de Balzac », source d’inspiration de l’écrivain pour son livre « Le lys dans la vallée ».

A 3km de là, se trouve le Musée Balzac, au Château de Saché. Poursuivre la vallée de l’Indre jusque Azay-le-Rideau, célèbre pour le site de son château, entouré par les méandres de la rivière. Ville natale de Charlotte Barré, arrivée en 1639 à Québec avec Marie de l’Incarnation pour la fondation des Ursulines.

En allant vers le sud, rejoindre Saint-Epain sans oublier de s’arrêter à Villaines-les-Rochers, site célèbre par son activité artisanale de vannerie (Musée de l’osier et de la vannerie). A St-Epain, ville natale de d’Herpin soldat du Régiment de Carignan Salières, village historique (voie romaine, sépultures mérovingiennes), on peut visiter l’église et prolonger la route par la vallée de Courtineau (D210) jusqu’à la Chapelle troglodytique Notre-Dame de Lorette.

A quelques kilomètres de cette chapelle, se trouve la petite ville de Sainte-Maure (par D910), réputée pour ses fromages de chèvre. C’est de là que sont partis deux pionniers dont Philippe Voisine, ancêtre du célèbre chanteur Roch Voisine.

De là, revenir vers St-Epain et se diriger vers Chinon par la D21. Crissay-sur-Manse, un des plus beaux villages de France, vous charmera avec ses vieilles demeures fleuries et les ruines de son château.

A la sortie de Crissay, prendre la 1ère route à droite (environ 1km) direction « Les Roches Tranchelion » pour visiter les ruines de la Collégiale et du château, classés Monuments Historiques.

Reprendre la D21 jusque Panzoult (un pionnier Pierre Testu marié à une Fille du Roi). Dans ce village se trouve une cave exceptionnelle : Lieu souterrain unique entièrement sculpté (pour visiter, se renseigner sur place). De Panzoult à Chinon, en passant par Cravant-les-Coteaux (D21) nous sommes en plein terroir des fameux « Vins de Chinon ». La ville, ancienne cité royale, vous charmera par la richesse de son passé, ses vestiges, ses ruelles pittoresques, ses musées et son histoire marquée par des personnages importants : Jeanne d’Arc y fut reçue pas Charles VII et Rabelais y passa son enfance. Sept migrants sont partis de Chinon dont René Gauthier de Varennes, officier du Régiment de Carignan Salières (sa petite fille fut la première sainte du Canada). Ne quittez pas la région sans bifurquer vers le sud jusque Richelieu, célèbre cité du Cardinal, qui fut construite à la mesure de son ambition. Richelieu fut le fondateur de la Compagnie des Cent Associés pour le développement de la Nouvelle France. Quelques pionniers sont partis d’ici et de deux communes environnantes : Faye-la-Vineuse et Braye-sous-Faye.

De retour à Chinon, ne pas manquer la visite de l’Abbaye de Seuilly (8km au sud-ouest), ainsi que le Musée Rabelais à la Devinière. De là, repartir vers le nord par la D759 et rejoindre Beaumont-en-Véron. A l’entrée du village, prendre à gauche la rue du Véron puis à 1km 500 à droite, la rue de Razilly. C’est alors le moment de retrouver les racines d’un personnage majeur : Isaac de Razilly qui fut capitaine de marine, Amiral de France et Gouverneur d’Acadie (voir personnages majeurs). L’imposant Château de Razilly apparaît alors au milieu des champs. C’est un ancien château fort qui remonte au 12ème siècle. Demeure chargée d’histoire, il retrouve d’année en année sa splendeur d’autrefois. Quelques ruines subsistent encore mais un vaste programme de restauration a été entrepris par la nouvelle propriétaire. Le corps de logis et la chapelle sont remarquables d’authenticité, tandis qu’un magnifique jardin à la française est en cours de réalisation.

Notre parcours nous emmène maintenant sur les pas de Saint Martin. Du Château de Razilly, rejoindre la D118 jusque Candes-Saint-Martin. Vous avez sans doute entendu parler d’un soldat romain qui donna la moitié de son manteau à un mendiant ; cet homme au parcours très atypique est devenu évêque de Tours et est connu de tous sous le nom de Saint Martin. Le village se situe à la confluence de la Vienne et de la Loire. On y trouve des maisons classées parmi les plus belles de France. Il faut s’y attarder et flâner ; une visite de la Collégiale s’impose. A l’intérieur se trouve le chapelle saint Martin, lieu où il est décédé le 3 novembre 397.

Après les vallées de l’Indre et de la Vienne, quitter Saint-Martin pour remonter le cours de la Loire vers Tours. Ce fleuve, majestueux et paisible, classé dernier fleuve sauvage d’Europe, est inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Il nous laisse découvrir ses bancs de sable, ses îles verdoyantes et ses parcours aménagés (Loire à vélo). Emprunter la D7 sur 7 kilomètres et si vous souhaitez déguster un autre crû des vins de Loire, vous pouvez traverser le fleuve pour un aller-retour à Bourgueil (vins réputés de Saint-Nicolas-de-Bourgueil et de Restigné). Sinon, pour terminer ce « Chemin des Trois Rivières » par un parcours touristique, poursuivre la D7 jusque Rigny-Ussé où le château d’Ussé (et sa légende de La Belle au Bois dormant ») vous surprendra par sa majesté.

D’un château à un autre, rejoignons celui de Villandry (par la D7) réputé pour ses magnifiques jardins à la française. Enfin, à 2 kilomètres de là, avant de rejoindre Tours, les grottes pétrifiantes de Savonnières ne laisseront pas indifférents les amateurs de « souterrains ».

C’est le moment de regagner Tours, riche de l’histoire des pionniers de la Nouvelle France.